Millésime 2013

Des conditions météorologiques d’autrefois pour un résultat au très bel avenir. 

Petit préambules sur des contions météorologiques très particulières. Ce millésime est caractérisé par des conditions météorologiques que nous n’avions pas vues depuis très longtemps (pour les plus vieux). Tout d’abord l’hiver à partir de janvier a été froid, entrainant un retard de la végétation. Le mois de mars a lui aussi été frais mais surtout très pluvieux (environ 3 fois plus que la moyenne). Ensuite, avril a été assez frais, mais c’est surtout mai qui a été le mois de mai le plus froid depuis 1950 entrainant un retard physiologique de 15 jours environ. Les mois de juillet et août bien que chaud n’ont pas pu combler ce retard. En résumé le bilan climatique 2013 se caractérise par : - Une pluviométrie légèrement déficitaire sur le millésime mais 66 % des pluies ont été efficientes car tombées en période végétative et ont ainsi permis d’avoir des réserves hydriques suffisantes pour l’été. - Le bilan thermique printanier est le plus froid depuis 20 ans ce qui explique le retard végétatif du millésime. Ce bilan météorologique est préoccupant pour les vignerons qui se méfient toujours des millésimes tardifs. Heureusement, les conditions estivales puis le mois de septembre sec et venté, ont permis aux raisins de mûrir dans de bonnes conditions avec en prime des nuits fraîches, en particulier au mois de septembre, pendant la maturation, ce qui est très favorable à la synthèse d’anthocyanes (couleur) et d’arômes.

Les vendanges et les vins. Préoccupés par des vendanges tardives, les choses se sont finalement passées dans de bonnes conditions pour nous. Il est évident que pour les cépages ou les terroirs tardifs le travail du vigneron favorisant l’aération de la vendange et du feuillage ainsi que des rendements raisonnables ont été des paramètres particulièrement décisifs pour la qualité cette année.

En ce qui nous concerne, nous avons vendangé avec environ 10 j de retard par rapport à la moyenne. Le blanc - sauvignon et cette année un peu de piquepoul - ont été récoltés les 12 et 13 septembre. Les raisins étaient très jolis, mûrs sans être dorés ce qui est préjudiciable aux arômes et avec un bel équilibre sucre/acidité. Tout ceci est prometteur mais, bien que les fermentations soient terminées, il est encore tôt pour avoir une idée plus précise du résultat. Pour ce qui est des rouges. Nous avons récolté les syrah à partir du 30 septembre (du jamais vu pour nous), elles étaient magnifiques avec une très belle maturité phénolique et des acidités bien préservées. Les grenaches étaient aussi particulièrement beaux mais malheureusement rares (moitié récolte) du fait de beaucoup de coulure (problèmes de fécondation pendant la floraison). La surprise est venue des cépages tardifs (carignan et mourvèdre) pour lesquels nous étions plus inquiets. Nous savions que les travaux en vert (épamprage, palissage et effeuillage) que nous poussons à l’extrême allaient nous aider à attendre la maturité. Il se trouve que sur ces cépages, celle-ci était moins en retard. Cela nous a permis de récolter de beaux carignan et de très beaux mourvèdre. Cela s’est terminé le 12 octobre, il est donc encore un peu tôt pour parler des vins qui en sont issus même si nous ne sommes pas inquiets. Pour ce qui est des syrah et des grenaches dont la fermentation alcoolique est terminée, ils se dégustent très bien, tellement bien qu’on aurait envie de les boire. En résumé, ce millésime nous aura bien compliqué la vie dans la vigne au printemps, nous aura fait inquiéter et attendre mais le résultat devrait nous faire vite oublier tout cela. Nous devons d’autant plus l’apprécier que d’autres n’ont pas eu cette chance. Le climat méditerranéen a bien des avantages.

Saint-Chinian, le 19 octobre 2013. 

Domaine La Madura

Route de Salabert - 34360 Saint-Chinian - France
 

© 2020 La Madura - Réalisation : Grafix